vérité

  • La couleur des mensonges

    C’est à partir de 3 ans qu’on apprend à mentir, en se rendant compte que nos parents ne voient pas à l’intérieur de nous. Et nous mentons d’autant plus volontiers que nous sommes en colère !

    Les citoyens aimeraient-ils les candidats politiques menteurs ? Pourquoi tant d’électeurs ont-ils voté pour Donald Trump alors qu’ils savaient qu’il mentait ? Pour le comprendre, une étude de l’université américaine de Berkeley distingue trois sortes de mensonges :

    • les mensonges blancs, altruistes, qui ont pour but de satisfaire une autre personne, sans aucun bénéfice personnel (« merci tellement pour ce cadeau », dites-vous à un ami, alors que votre satisfaction est très relative) ;
    • les mensonges noirs, égoïstes, qui ont pour but de se satisfaire soi-même, au détriment des autres personnes (« non, ce n’est pas moi qui ai pris tes 100 € dans l’armoire ! » alors qu’ils sont dans votre poche) ;
    • les mensonges bleus[1], entre égoïstes et altruistes (« les émigrés nous prennent notre travail », alors que vous êtes milliardaire par exemple). Ils n’occasionnent pas de bénéfices personnels, mais apportent un bénéfice pour un groupe dont on fait partie et ce, contre d’autres groupes.

    Les électeurs qui ont voté pour Trump l’on fait pour de multiples raisons, notamment parce qu’il leur a fait rêver qu'ils allaient retrouver leur rang social. Mais le fait que Trump ait menti n'a pas été un élément pour les en éloigner alors qu'en général ils désapprouvent le mensonge. En fait, ils désapprouvent les mensonges noirs, mais approuvent les mensonges bleus en situation de "guerre". Ce faisant, ils fragilisent la société dans son ensemble, qui globalement s'en trouve moins bien. L'auteur préconise de ne pas faire ni accepter que d'autres fassent des mensonges bleus car le bien-être global de la population se réduit quand ces mensonges sont utilisés.

    Le contraire du mensonge bleu est le courage, celui de ne pas mentir par facilité et intérêt, pour rassembler les siens. Le courage de dire les choses telles qu’elles sont.

    e8cfafa5.jpg

    A Ottignies-Louvain-la-Neuve, quelles sont ces choses qui nécessitent du courage pour les dire ? « OLLN est très attractive » car elle a plein d’atouts : des services, de la verdure, de multiples moyens pour se déplacer… l’IWEPS nous a classé comme la ville qui réunit le plus de conditions pour être bien. Revers de la médaille : OLLN est très attractive ! Il y a une très forte pression pour venir y habiter. Dès lors, soit le pouvoir politique empêche la multiplication des constructions (refus de permis, règlement très contraignants…) et alors les prix des habitations vont monter, monter… rendant impossible l’établissement de jeunes, nos enfants par exemple ; soit le nombre d’habitants va croître.

    Le statu quo à OLLN : un mensonge bleu

    Le mensonge bleu, c’est de dire et laisser croire que le statu quo est possible. Voilà la chose telle qu’elle est : OLLN va inévitablement évoluer.

    Ecartons une hypothèse, celle de rendre OLLN moins attractive pour réduire la pression.

    Empêcher toute nouvelle construction est totalement irréaliste. Toutes les semaines arrivent de nouvelles demandes d’habitants qui veulent aménager leur bien : diviser la maison qui est devenue trop grande, permettre à ses enfants de construire près de chez soi, agrandir la maison qui est devenue trop petite… Il ne s’agit pas d’accepter tout, mais pas de refuser tout non plus.

    Puisque le statu quo n’est pas possible et qu’il y aura plus habitations, l’objectif principal doit être de conserver une ville où il fait bon vivre. Il y a plusieurs possibilités d’action !

    Plusieurs pistes pour un futur encore meilleur

    Beaucoup de nouveaux habitants, voire d’anciens, ne sont plus demandeurs de leur jardin : ils veulent des espaces de qualité : parcs, promenades, endroits de détente… Ils ne sont plus demandeurs de leur voiture mais veulent des possibilités de déplacement aisé : voiture partagés, chemins piétons et pistes cyclables, trains et bus… La ville a déjà œuvré dans ce sens : + 25 km de voies cyclables en cinq ans, plus de 10 stations de voitures partagées. Il faudra encore faire plus car la pression automobile est déjà forte : la participation de tous pour imaginer des solutions efficaces et les mettre en application sera nécessaire. On pense par exemple au développement du vélo électrique.

    Pour éviter que les logements ne deviennent impayables, la ville s’est engagée dans la mise sur pied d’un « Community land trust » (CLT) qui permettra à des personnes à revenus moyens de construire à faible prix et de revendre le cas échéant avec une plus-value limitée. Plusieurs parcelles ont déjà été acquises à Ottignies et la négociation se poursuit avec l’UCL pour que quelques hectares de nouveaux quartiers soient affectés au CLT.

    Répétons-le : le statu quo est un mensonge bleu. Par contre une évolution bien gérée peut représenter une nouvelle opportunité pour une ville conviviale, verte, accueillante, agréable, solidaire, chaleureuse. C’est un défi : à nous, tous ensemble, de le réussir !

     

    [1] Les scientifiques américains ont choisi cette couleur, n’y voir aucun message politique.

  • #OLLN : Extension de l'Esplanade : faut-il dire toute la vérité ?

    L'extension de l'Esplanade peut encore être arrêtée (et surtout modifiée). Certains pensent et écrivent que les élus pourraient décider d'arrêter l'extension de l'Esplanade par le seul argument de la volonté politique, notamment si les citoyens y sont majoritairement opposés. Je prétends que c'est faux, et qu'ils omettent de divulguer une bonne partie de l'information nécessaire pour comprendre le processus démocratique. J'appelle ceux qui communiquent à donner TOUTE l'information. Faute de quoi ils risquent de contribuer à saper les fondements de la démocratie et la confiance que les citoyens peuvent en avoir. Ci-dessous mes arguments... Mais aussi ma conviction qu'il faut se battre !

    Lire la suite