budget

  • #OLLN, Conseil communal du 13 décembre 2016 : qu’en retenir ?

    Jacques Benthuys a démissionné, cela a été l’occasion de lui rendre hommage. Fatou Coulibaly a prêté serment et a été accueillie chaleureusement.

    Nous avons ensuite eu une heure et demi de discussion sur le budget 2017 de la Ville. Pour l’homme pressé, on peut retenir ceci : le « rendement de l’impôt » (les taxes sur le travail et sur l’immobilier) est assez bon, les dépenses de la ville sont maitrisées. Par contre les dépenses que la ville doit payer et dont elle bénéficie mais que d’autres pouvoirs gèrent telles les pompiers et les revenus d’insertion sociale du CPAS sont en réelle augmentation. La Ville n’a pas le pouvoir de baisser ces dépenses. Pour le moment, l’équilibre est encore possible, mais la situation semble problématique à terme. Que faire ? Réduire d’autres services offerts ? Mais ne serait-ce pas dégrader la qualité de la vie ? En tout cas pas réduire le personnel car nous sommes avec nettement moins de personnel que la moyenne wallonne.

    Les autres points étaient très « administratifs ». Les plus curieux liront le bulletin communal.

  • #OLLN : budget consolidé Ville-CPAS-Police

    Pourquoi établir un tel budget ?

    • Il y a trois institutions différentes (l’administration communale, dite « ville », gérée par le Collège des bourgmestres et échevins et le conseil communal, le CPAS, géré par un bureau permanent et le Conseil de l’action sociale, et la Police, géré par le Bourgmestre), mais tous ces pouvoirs sont issus d’une seule élection communale. Il est dès lors intéressant d’en avoir une compréhension « comme si c’était un seul pouvoir ».
    • Et il est ensuite intéressant de voir d’où vient l’argent géré par les élus, et à quoi il sert.

    Pour avoir cette vision, cela ne peut pas se faire en additionnant les budgets de chaque institution. En effet, le budget de la ville est de 42 millions, celui du CPAS de 14 millions et celui de la police de 8 millions. Total : 64 millions. Chiffre correct ? NON ! Car dans le budget des dépenses de la ville il y a la subvention au CPAS et à la police, cela revint à effectuer un double comptage. Dès lors, j’ai éliminé tous les doubles comptages pour établir un budget global. Au global, on tourne autour de 56 millions.

    Je vais d’abord examiner les recettes, et ensuite les dépenses. Et pour tant les recettes que les dépenses, je vais distinguer l’ordinaire (l’annuel) de l’extraordinaire (l’investissement).

    Recettes

    Recettes du budget ordinaire

    Du point de vue des recettes ordinaires (ordinaire = hors investissement), le cumul de celles-ci, sans double comptage, fait apparaitre des recettes de 56 millions.

    recettes_consolidées_2016.PNG

    Voici les grandes catégories de recettes (hors investissement) :

    • Flèche bleue : 27,4 millions, soit 49%, sont des impôts décidés par la Ville (précompte immobilier, impôt sur les personnes physiques et autres impôts communaux).
    • Flèche verte : 22 millions, soit 39%, sont des subsides accordés par les pouvoirs supérieurs (aide au salaire des agents, aide sociale…). Le CPAS en bénéficie largement. La police par contre est peu soutenue par le pouvoir fédéral.
    • Flèche brune : 1,9 millions, soit «3%, sont des revenus d’actions (réseau de distribution d’électricité…) ou des intérêts d’argent placé ;
    • Flèche grise = : 4,2 millions, soit 8%, sont des recettes créées par l’agent économique « ville/CPAS » qui réalise une prestation qu’il facture (livrer des repas à domicile, fournir des documents, ouvrir une voirie…)

    Recettes du budget extraordinaire, ou d’investissement

    Le pouvoir communal réalise des investissements qui sont inscrits dans le budget extraordinaire. Pour une partie de ceux-ci, il se fait aider. Pour le reste, il doit le financer.

    Il est assez malaisé de se faire une idée de la pertinence des montants mentionnés à utiliser pour effectuer une analyse, car ils fluctuent beaucoup d’une année à l’autre, en fonction de ce qu’un gros projet se réalise ou pas. Par exemple, en 2016 pourrait se réaliser le désenfumage de la dalle de LLN. La Ville payerait l’ensemble (12 millions) mais demandera aux copropriétaires d’intervenir (9,6 millions). Sur un budget total de 22 millions, compter ou ne pas compter 12 millions, cela change tout !

    J’ai choisi de retirer ce projet de mon analyse, pour avoir une année plus « standard », plus représentative d’une année « normale ». Dès lors, l’ensemble des investissements (qui est une dépense) est de 11 millions dont 10.2 est géré par la Ville, et doit être financé.

    Graphique des recettes (plus exactement du mode de financement) Ville CPAS Police / Budget extraordinaire

     

    recettes_extraoirdinairecoinsolidé_2016.PNG

    La vraie recette est donc constituée des subsides dont le montant total est de l’ordre de 39%. Le reste est financé notamment par les « bénéfices » des années précédentes à raison de 6% (Fonds propres). Enfin, la majorité est financé par l’emprunt à raison de 55%.

    On voit bien que c’est la Ville finance la majorité des investissements sur le territoire. Elle finance même les investissements réalisés à la Police.

    Dépenses

    Dépenses du budget ordinaire

    Du point de vue des dépenses ordinaires (hors investissement), le cumul de celles-ci, sans double comptage, fait apparaitre des dépenses de 54.9 millions (hors prélèvement).

    Dépenses_consolidées_2016.PNG

    Voici les grandes catégories de dépenses (hors investissement) :

    • Flèche orange : 27 millions sont destinés au personnel, ce qui correspond à 49% du total des dépenses. En masse salariale, grosso-modo, la moitié va au CPAS et à la police

    Dépenses_de_personnel.PNG

    • Flèche jaune : 14 millions sont destinés au fonctionnement, soit 20% du total. Ici, c’est la Ville qui se taille la part du lion, car c’est elle qui gère les infrastructures (routes, bâtiments…) et qui paye les services fournis aux citoyens (éclairage, gestion des déchets …).
    • Flèche verte : 7 millions sont des aides sociales (subsides aux personnes) gérées en totalité par le CPAS (13% des dépenses) ;
    • Flèche grise: 4 millions sont des subsides aux associations. Dans ce montant il y a des subsides à des structures fixes (centre culturel…) et des subsides à des petites asbl ;
    • Flèche vert-brun : 5,8 millions servent à rembourser les emprunts et les intérêts de la dette accumulée les années antérieures, soit 11% de l’ensemble du budget.

    Il y a un différentiel de 1,1 million entre les recettes et les dépenses. Il importe de signaler que cette différence est « anormale », en ce sens que ce que l’Etat fédéral a payé à la Ville trop peu l’an passé, il le payera cette année 2016. Plutôt que de considérer que la Ville peut dépenser 56 millions en vitesse de croisière, le Collège s’est limité à 54.9 millions, et a créé une dépense fictive de 1,1 million (un prélèvement) qu’il conserve dans un bas de laine.

    Dépenses (investissements) du budget extraordinaire

    On l’a vu, le financement (« recettes ») est principalement réalisé par la Ville. A due proportion, c’est aussi elle qui gère les investissements (« dépenses »).

    Dépenses_extraordinaires_2016.PNG

    Malheureusement, la comptabilité communale de donne pas les grandes catégories des investissements réalisés (voiries, bâtiments, matériel roulant, matériel informatique…) ni les domaines dans lesquels ils sont réalisés (mobilité, santé, logements, administration, sport…).

  • #OLLN : enjeux des deux conseils communaux des 15 et 22 décembre 2015

    Le 15 décembre

    L'ordre du jour complet est ici : http://www.olln.be/documents/docs/ordres-du-jour/oj151215.pdf

    Une conseillère communale de la minorité, Kristina Kabric, déménage et quitte donc le conseil communal. Un conseiller communal d’expérience nous rejoint : Bernard Liétar.

    Une maison, place du Centre à Ottignies, va être achetée. L’objectif est de maitriser tout l’ilot, pour pouvoir faire un projet cohérent sur l’ensemble (point 8).

    Xème saga des sociétés de logements sur la Ville. Rappel : il y a deux sociétés de logements : IPB et Notre Maison. La majorité souhaite qu’il n’y en ait plus qu’une : Notre Maison. Le Gouvernement l’a accepté. IPB va régulièrement en recours contre ces décisions (point 9).

    Le point 10 est un point très « local » (un chemin dans le bois de Lauzelle). Ce qu’il y a de cocasse : en 1915, il y a 100 ans, des conseillers communaux de Limelette, décidaient de déplacer un chemin. Nous ne fêterons pas un siècle de décision, mais nous nous pencherons sur un imbroglio ! Il y a 100 ans ;, c’était l’occupation allemande. Or tous les actes des Allemands ont été annulés. Donc le déplacement du chemin aurait été annulé ! Pas de chance, les archives de Limelette ont été en grande partie détruites. Le propriétaire actuel estime qu’il n’y a pas de chemin (que chaque jour des dizaines de personnes utilisent…) et tout cela passe au tribunal.

    Le gros point du Conseil est le budget pour l’année 2016 (points 13 et 14, 23 et 24, 34). Quelques chiffres :

    Recettes : 43 millions, dont probablement 1.5 millions « de trop » par rapport à un régime de croisière. Il faut donc essayer d’avoir des dépenses récurrentes de 41.5 millions pour tenir sur la longueur. Les impôts communaux représentent environ les 2/3 des recettes. Le taux d’imposition ne change pas, sauf l’apparition d’une nouvelle taxe sur les parkings payants ouverts au public.

    recettes_budget_2016.PNG

    Dépenses : le graphique ci-dessous donne une idée en fait erronée du budget de la Ville. En effet, il faut ajouter les subsides reçu directement par le CPAS (+/- 7 millions) et par la police (+/- 3 millions) pour avoir une idée plus globale. En ne se basant que sur le budget de la Ville, on constate 1.1 millions ds prélèvement et 0.3 millions de boni, soit environ 1.4 millions qu’on ne dépense pas… heureusement, c’est plus prudent pour le long terme.

    dépenses_budget_2016.PNG

    D’autant que le boni global (tous les bonis accumulés depuis longtemps) ont fondu comme neige au soleil à cause des 3 millions non versés par le fédéral en cette fi ‘année 2015 (voir le compte-rendu du conseil communal précédent).

     

    La crèche Fort-Lapin est soutenue dans sa volonté de construire un nouveau bâtiment (point 21).

    Le point 28 est le résultat du conseil communal précédent dit « fresque Charlie ».

    Le point 25 qui sera mis en fin de conseil : une motion pour permettre aux communes de faire des budgets plus sérieusement.

    Le 22 décembre

    L'ordre du jour complet est ici : http://www.olln.be/documents/docs/ordres-du-jour/oj151222.pdf

    Le gros point sera la présentation des actions menées par le CPAS et des chiffres clés.

    Un point sympa (point 3) : la Ville est reprise comme commune pilote d’expérimentation d’une médiation. Les personnes peu satisfaites de services de LA Ville pourront faire appel à un service de médiation.

  • Que retenir de ce Conseil communal du 17 décembre 2013 ?

    Un compte rendu factuel du Conseil peut être lu ici : http://www.olln.be/fr/conseil-communal.html?cmp_id=28&news_id=21011&vID=1.  Ci-dessous vous trouverez plutôt une analyse politique, la mienne.

    Les Synergies Ville-CPAS (ce que font en commun la ville et le CPAS) ont été présentées par la Présidente du CPAS Jeanne-Marie Oleffe. Ce qui a été frappant, c’est la bonne ambiance entre les membres de la majorité et de la minorité, les membres de la majorité du CPAS applaudissant une intervention de la minorité. Dans la foulée de ce point, le budget du CPAS a été voté à l’unanimité.

    A 21h, on a entamé les points spécifiques au Conseil communal.

    Cédric Jacquet a présenté les enjeux du plan stratégique de l’IECBW (maintenir le prix de l’eau bas et consolider la structure suite à sa croissance). Claire Thibaut a présenté ceux de et de l’Intercommunale de musique.

    A 21h05, le bourgmestre a présenté le Budget de la Ville et de la police. Sa présentation a duré ½ h. A 21h35, la minorité a pris la parole. Le débat a duré jusque 23h15. Qu’en retenir ? voir http://hadelindebeer.skynetblogs.be/archive/2014/01/05/olln-que-retenir-du-vote-du-budget-et-des-taxes-pour-2014.html C’était un débat intéressant, mais pourquoi si long ?

    On a aussi longuement parlé de la modification du PCA (plan communal d’aménagement) de la gare d’Ottignies. En gros : la Ville et la SNCB se mettent ensemble pour modifier le plan de secteur du parking qui est en zone verte pour pouvoir l’aménager en partie lorsqu’il sera en zone rouge. Ce qui a fait débat, ce sont les mesures compensatoires : il faut faire passer d’autres zones rouges sur le territoire de la Ville en zone verte. Là ce qui m’a marqué, c’est que le MR devenait plus écolo que les Ecolos : alors que la Région accepte que soient perdues 25% de zones vertes, le MR exigeait une perte de 0% ! « Très bien leur a répondu l’échevin, mais quelles zones vertes proposez-vous en plus, et les propriétaires sont-ils d’accord ? ». Mon analyse est que le MR a été un peu inconsistant et populiste sur ce coup-là : quand ils sont au pouvoir, ils disent qu’il faut défendre les propriétaires, et quand ils sont dans la minorité, il faut défendre les petits oiseaux. Je les ai trouvés non crédibles.

    La Région wallonne avait lancé une enquête publique sur la cartographie éolienne. Vu les délais, la Ville ne pouvait remettre son avis que ce conseil. On a abordé le point à 23h50… 25 minutes pour un débat qui n’a pas apporté grand-chose selon moi. Pourquoi alors 25 minutes ? On a très peu parlé des zones, des contraintes, c’était plus du positionnement politique et pour finir des rancœurs sur la manière des uns et des autres de faire de la politique et les procès d’intentions, cela prend un temps fou.

    Gros débat sur la modification du plan de secteur Lauzelle et alentours de LLN à 0h15... Voir http://hadelindebeer.skynetblogs.be/archive/2014/01/05/modification-du-plan-de-seceur-a-lln-un-debat-au-conseil-communal.html Il devait être 1h20 quand ce débat fut bouclé. On était déjà assez fatigué…

    Restait un point, ajouté par Manon Wirtz : le vote sur une motion qui demandait à Partenamut de ne pas fermer son bureau sur le centre d'Ottignies. Voir http://hadelindebeer.skynetblogs.be/archive/2014/01/05/voter-pour-que-partenamut-garde-un-bureau-dans-le-centre-d-ottignies.html

    Fin de la séance publique à 1h35. Crevé !