#OLLN, conseil communal du 12 septembre 2017 : qu’en retenir ?

Nous avons commencé par un exposé détaillé sur les objectifs de la zone de secours du Brabant wallon. On a pu comprendre toutes les contraintes, notamment administratives , qui rendent la gestion pas évidente.

Un débat intense (de 1 heure 20 minutes) a eu lieu à propos de l’adoption du périmètre du SOL. Replaçons les choses dans leur contexte : avaient été introduites à la Ville plusieurs demandes de  projets urbanistiques venant se coller au projet d’extension de l’Esplanade : comment les accepter avec un projet incertain et contesté ? C’est pourquoi la Ville a proposé d’avoir une vue d’ensemble, co-construite avec les parties intéressées : le SOL. Pour faire démarrer le SOL, il fallait en définir le périmètre, qui ne peut prendre comme limite que des limites naturelles. Une conférence de presse ayant eu lieu pour exposer le projet, l’échevin du Monceau  propose de passer directement aux questions. Tout les conseillers n’étant pas à cette conférence, on passe néanmoins à une présentation générale. Puis viennent les commentaires :

  • « C’est bien, mais je me méfie de vos intentions » dira un conseiller de la minorité. Ce à quoi il lui a été répondu qu’on ne demandait pas de voter sur un acte de foi, mais sur un périmètre pour pouvoir faire un SOL ;
  • « Comment allez-vous faire en trois ans un SOL alors que pour les PCA (ancêtres des SOL) vous avez mis 6 ans ou plus ? » « Personne n’était pressé pour les PCA, nous le sommes cette fois-ci pour le SOL » a répondu l’échevin.
  • « L’UCL voudrait bien que le périmètre soit plus petit, pour ne pas englober des zones académiques ni le projet des chinois » a demandé M. Otlet. La majorité s’est dite surprise que M Otlet défende avec autant de vigueur l’UCL, mais que de toute façon les zones à exclure ne pouvaient l’être faute de limite naturelle. De plus, le projet des chinois peut être approuvé pendant que se réalise le SOL.

Le point a été voté par tous les conseillers sauf deux.

Les comptes du CPAS, la convention « Louvain4ageing » ont été l’occasion de présentation et échanges.

A OLLN, on est des spécialistes ! Le point 52 concernait une motion demandant au TEC de revenir autour de la table de négociation pour que le bus passe à nouveau dans la Rue de la Chapelle. L’échevin déclare qu’il retire le point, car les TEC ont recommencé à discuter avec la Ville. Malgré que le point ait été retiré, on en a quand-même discuté ! Incroyable.

Il était 23h50 quand on a examiné les points ajoutés.

Un des points m’a marqué. Julien Tigel-Pourtois demandait, malgré le vote du SOL, qu’on modifie de manière mineure le schéma de structure pour tenir compte de l’Esplanade. Il l’a fait à mon  sens dans un but électoral : faire plaisir à la plateforme et espérer en récolter les voix. Pourtant il avait déjà été expliqué de long en large, et indépendemment des envies de la majorité, que une modification du schéma de structure qui permettrait de ne pas construire l’extension de l’Esplanade ne serait pas considéré comme une modification mineure, et que donc le promoteur irait en recours, l’entièreté du nouveau schéma de structure serait annulé et on en reviendrait au schéma de 1997 qui non seulement permet l’extension, mais ne permet que cela. Au moment du vote, trois conseillers de la minorité ont rejoint la majorité. Merci a eux d’avoir cassé la logique particratique et d’avoir suivi la voix du réel.

La séance publique fut terminée à minuit dix.

Les commentaires sont fermés.