Le poids des mots

Le 17 janvier 2017, le Conseil communal d’OLLN décide d’organiser une consultation de la population sur l’extension de L’esplanade. Il décide également de créer un comité de pilotage pour définir les modalités de cette consultation, à savoir les questions à poser, la date et les heures de la consultation et le contenu de la brochure d’information.

Mi-mars, la plateforme citoyenne dépose plus de 3500 signatures pour demander une consultation populaire au sens du décret.

Comparons la différence entre les deux consultations :

 

Consultation de la population (CC du 17 janvier)

*************

Consultation populaire (plateforme)

*************

Questions posées

 

 

*************

·   Même question 1

·    Choix entre 20 arguments

 

*************

·   Même question 1

·    Réponse « oui/non » à 20 arguments (les mêmes)

*************

Durée de la consultation

*************

Deux jours : samedi et dimanche

*************

Un seul jour, dimanche

*************

Contenu de la brochure

Même contenu

Même contenu

 

Le but de cet article n’est pas d’expliquer pourquoi la plateforme a décidé de collecter les signatures et de les déposer, sachant qu’ils allaient perdre un jour de consultation. Pour ceux qui veulent en savoir plus, ce texte donne une piste de compréhension : http://louvainlaneuvesonesplanade.blogspot.be/2017/05/consultation-extension-esplanade.html

Le but de ce billet est de se demander comment plus de 3200 personnes ont pu être convaincues de signer pour avoir moins.

Mon avis est l’usage des mots. Dans la récolte des signatures, il était demandé une consultation « en bonne et due forme ». Quel est le contraire de ceci ? une consultation « en mauvaise et indue forme ».

Qui veut d’une consultation de la population en mauvaise et indue forme ? Personne. Donc on signe. On ne prend pas la peine de vérifier en quoi le conseil communal aurait pris du plaisir et/ou de la malveillance à réduire la qualité de la consultation. Le poids des mots est suffisant.

Le poids des mots… et nous nous retrouvons tous avec un jour de consultation en moins.

Ca fait réfléchir, non ?

Un autre exemple : "souhaitez-vous l'extension de L'esplanade" ? Quel habitant à LLN a "besoin" de l'extension ? Certains qui espèrent un emploi ? D'autres qui veulent plus de clients ? Quelques uns qui veulent plus de choix ? Certains en voient l'utilité sans en avoir personnellement besoin, tel la fin de la dalle, la couverture de la gare, la possibilité de monnayer des services complémentaires. De là à souhaiter l'extension... C'est un peu comme si vous alliez faire une sieste dans votre jardin, et que votre voisin décidait au même moment d'organiser un BBQ festif : vous ne souhaitez pas qu'il fasse un BBQ. De là à vous y opposer...

Toujours le poids des mots : "souhaitez-vous l'extension de L'esplanade" et "vous opposez-vous à l'extension de L'esplanade" couvre à peu près la même réalité, mais n'induit pas nécessairement la même dynamique. D'autant que si je vous dis "jusqu'à quel montant êtes-vous près à payer pour vous opposer à l'extension de L'esplanade", cela induit encore une nouvelle dynamique. Si j'en crois Le Vif, c'est 160 millions que le promoteur est prêt à investir. Sans doute que le promoteur sera d'accord qu'on lui rachète le terrain à ce prix, pour ne pas y faire l'extension. A la grosse louche, 8.000€ par adulte de la commune.

Les mots utilisés ouvrent-ils la réflexion, ou au contraire sont-ils choisis pour induire une réponse ?

A votre bonne réflexion !

Commentaires

  • Allez, Hadelin! Tu biaises toi aussi la compréhension du problème; arrête de dire que c'est les autres.
    Quand tu dis que 3200 personnes ont été convaincues de signer parce qu'on leur a dit que c'était une consultation en bonne et due forme, c'est faux. La plate-forme voulait défendre sa question face à une incertitude de la question qui serait posée par la commune. Elle a eu les signatures, elle les a remises, point. Tu ne parles pas des autres arguments qui ont été donnés pour inviter la population à signer et tu ne parles pas non plus des questions et des arguments hautement plus biaisés du questionnaire qui sera soumis dimanche à la population... :-( Et si ton tableau vert ci-dessus n'est pas biaisé pour faire comprendre à quel point la plate-forme a été méchante et bête, de récolter les 3200 signatures, il faudra que tu m'expliques. Les mensonges bleus, ça marche de ton côté aussi, pour défendre la position de la majorité. :-( Si c'est ça l'honnêteté et le courage de la vérité... :-/ La vérité, c'est qu'il y a des positions et des points de vue différents et tu devrais t'en limiter, si tu ne veux pas entrer dans le même jeu de décrédibilisation que d'autres, à dire "ça, c'est le point de vue de la majorité" au lieu de laisser induire que c'est les autres, la plate-forme, les méchants...

  • ET voilà les grosses menaces ! Le coût par citoyen si l'on n'est pas d'accord avec les décisions prises ! 8000 €, n'ayons pas peur des gros chiffres, surtout quand l'on sait que la poche du citoyen est un argument massue.
    Ensuite, le chantage: finir la dalle, recouvrir la gare, relier des quartiers, ....oyez bonnes gens, sans Klepierre, vous n'aurez pas tous ces cadeaux ...dont on se passe parfaitement par ailleurs aujourd'hui.
    Mais à quel prix, ces "cadeaux" ?
    Au cas où les nouveaux commerces remplissent les attentes: des parkings qui seront définitivement engorgés, des accès vers le Centre encore plus difficiles (tiens, au fait la mobilité, on en parle avant ou après ?) , une âme vendue à la consommation de masse et donc quid de la durabilité ? En cela, je ne retrouve pas les valeurs Ecolo... J'ai beau chercher, je vois le profit pas l'éthique si chère à ce mouvement.
    Au cas où les commerces ne marchent pas: des zones sinistrées comme il y en a déjà tellement autour de nous: Wavre et son centre, Ottignies qui peine à remplir ses commerces, La Toison d'or à Bruxelles, le centre de Nivelles...
    Quel est cet aveuglement qui refuse de comprendre que les commerces ne créent pas les acheteurs ? Après le "tout au bureau" que l'on a fait à Bruxelles il y a 30 ans, on fait aujourd'hui le "tout aux commerces" partout en Wallonie.
    A te lire Hadelin, je comprends que le projet est déjà bien ficelé et qu'il est très difficile pour la Commune de revenir en arrière. Ce qui me fait mieux comprendre la faiblesse et l'opportunisme des arguments "POUR" qu'elle a pu rassembler.
    C'est dommage.

  • J'aime bien ta comparaison sieste/BBq. Elle me rappelle cette amie qui est "contre" l'extension parce qu'elle aimerait mieux une "halle aux producteurs locaux sur la Grand Place". C'est comme si je m'opposais à la demande de permis de mon voisin pour son chalet de jardin parce que moi, je préfèrerais une piscine à lagunage ;-)

  • M'enfin Hadelin... C'est vraiment une insulte à ton intelligence le jeu que tu continues, malheureusement, à jouer...

    La plateforme citoyenne, dans un dossier symbolique et très compliqué, a décidé de prendre ses précautions en récoltant les signatures. Point!

    La formule des arguments proposés ne nous convaincant pas, nous nous y sommes opposés, après une longe discussion entre nous. On aurait sans doute été bien inspirés d'inviter le comité de pilotage. Car le résultat final est encore pire, mais est-ce notre faute?

    En ce qui concerne les bureaux de vote, la plateforme espérait que le cadre légal de la consultation populaire permettrait d'obtenir les 33 bureaux de vote. Il n'en est rien. La faute est peut-être partagée (s'il était vraiment impossible de faire mieux pour la tenue du scrutin), mais le résultat est, encore une fois, décevant.

    Maintenant venir dire que la plateforme a manipulé avec les mots... C'est du grand n'importe quoi. La commune devrait remercier la plateforme pour l'organisation d'événements et d'espaces de débat autour de la consultation. Car ceux qui créent le débat, ce sont les citoyens. Comme pour le nombre de bureaux, la commune n'avait pas de "moyens"...

    Par rapport à une remarque précédente, ce blog étant public, et tes idées étant exposées sur ces pages, je trouve légitime de répondre sur celles-ci.

Les commentaires sont fermés.