Compte-rendu du Conseil communal du 8 septembre 2015

Le Conseil a débuté de manière inhabituelle, par le remplacement de l'échevine Cécile Lecharlier par Julie Chantry.

Unanimité pour tous les points 1 à 12, mêmes les points importants comme « zone bleue au Bruyères » par exemple.

Le point 13 concernait la Mégisserie (ancien bâtiment à Mousty le long de la Dyle, transformé maintenant en 16 logements). Chaque fois que ce point vient en Conseil, les mêmes arguments sont déclamés :

  le camp A déclare que « c'est une bonne opération pour la Ville, mais c'est trop cher pour la collectivité et cela a pris trop de temps. Cela aurait été mieux et plus vite de faire 16 logements ailleurs.

  Le camp B répond que « il faut regarder l'ensemble du projet. De toute façon il fallait assainir le terrain, donc, hors assainissement, le projet n'est pas si cher. Et la dépollution prend du temps. ».

Si l'ensemble des coûts sont rapportés sur le seul bâtiment, le camp A n'a pas tort. Mais si on regarde plus globalement le projet, B a raison, du moins me semble-t-il : puisqu'il fallait de toute façon dépenser le bleu (graphique ci-dessous), autant rajouter un peu de rouge pour avoir des logements qui, au prix de la valeur « rouge », ne reviennent pas cher au m².

Image_PV_CC_20150908.png

Pour des chiffres plus précis, voici le compte-rendu de la journaliste de la Ville (à lire sur le site de la Ville) : [ Nicolas Van der Maren relance le débat sur le coût élevé de la rénovation de ce bâtiment : 2800€/m². Il n’ignore pas que la Ville a reçu de nombreux subsides, « un gaspillage des deniers publics », considère-t-il. La majorité rappelle comment le coût total (3,6 millions d’euros) comprend, outre les aménagements du bâtiment, l’assainissement de tout le site. « Les 16 logements auront coûté environ 1,3 million d’euros à la Ville, ce qui témoigne d’une excellente gestion de ce dossier », estime Jean-Luc Roland.]

L'urbanisme fait toujours causer au Conseil. 45 minutes pour deux points. Surprise surréaliste : la minorité félicite l'échevin pour favoriser une gestion globale du dossier d'aménagement de Mousty (un plan d'aménagement doit être réalisé sur Mousty par un bureau d'étude, et le même bureau fait un plan d'aménagement à Court-St-Etienne, contigu à Mousty : on charge le bureau de 'en faire qu'un cohérent)… et l'échevin des travaux rentre dans le choux de la minorité « quoi, devant la presse on est des bons à rien qui ne savons pas penser globalement, et maintenant vous découvrez que c'est faux ! Vous allez faire un démenti à la presse ? ». Ambiance !

Ensuite, en 40 minutes, on passe du point 19 au point 41. Encore 15 minutes après on est au point 52.

Le point 53 fait l'objet d'une superbe présentation : il démontre qu'en confiant la gestion de l'énergie de bâtiments communaux à un prestataire externe, qui est rétribué par les économies d'énergie qu'il réalise, la consommation a déjà baissé de 30 % !

Au moment des questions et réponses, on a eu un débat assez fouillé sur l'accueil des réfugiés. La Ville et les habitants se sont mis ensemble pour trouver des logements capables d'accueillir les réfugiés.

A 23h, le conseil était terminé.

 

Les commentaires sont fermés.