• L'agrandissement de l'Esplanade à LLN, une bonne chose ?

    C'est très justement que je suis interpellé via Twitter sur la question de l'agrandissement de l'Esplanade : http://choses-dingen.tumblr.com/post/103570284178/dirigee-par-un-bourgmestre-ecolo-louvain-la-neuve. ( Manu Kodeck @kodeckmanu @hadelindebeer A propos de la double extension du shopping-center de l’Esplanade à Louvain-la-Neuve choses-dingen.tumblr.com/post/103570284…).

    Voici la proposition actuelle de Klépierre...

    esplana, LLN

    Pour rappel, je faisais partie, en 1998, d'un des deux conseillers communaux sur 29 à avoir voté contre le projet de l'Esplanade.

    Soyons clairs : pour moi, l'agrandissement n'est pas nécessaire, et à part faire plaisir aux investisseurs, on ne voit pas bien ce qu'apporte de positif à l'humanité l'augmentation de l'offre commerciale, surtout cette offre-là. Et la poursuite de l'urbanisation du centre ville à la place des rails n'est pas une nécessité pour faire vivre le centre-ville de LLN (à contrario, la présence d'une surface importante de rails et quai n'est pas non plus une grande qualité pour le centre-ville, quoi que la présence de la nature sur le talus n'est pas à négliger dans l'aspect positif).

    Maintenant, allons plus loin : est-ce que la Ville à la possibilité de refuser le projet, sachant que c'est une zone potentiellement commerciale, et qu'il existe un propriétaire ? Autrement dit : à quelqu'un qui a la propriété sur un terrain sur lequel il est prévu par les plans urbanistiques qu'on peut y faire du commerce, est-il possible de le lui refuser ? Pas beaucoup plus que si vous êtes propriétaire d'un terrain à bâtir et que vous introduisez un permis pour le bâtir.

    Ce qu'il reste comme marge de manœuvre à la Ville, c'est de négocier une qualité urbanistique, un vrai lien avec la ville, le plus possible de services autres que commerciaux, une place pour des commerces compatibles avec un commerce local, équitable, solidaire, la présence de la nature, l'éclairage naturel des quais...

    Comptez sur moi pour y travailler ! Et faites-moi part de vos suggestions pour améliorer cette chose (sachant que Klépierre sera coriace).

    De votre côté, n'encouragez pas la construction de ce type de centres, en allant y acheter tout et rien. Le commerce local et équitable se développera d'autant plus que les clients s'y rendront.

  • Décryptage du Conseil communal du 4 novembre 2014

    Aux 47 points initialement inscrits l’ordre du jour est ici : http://www.olln.be/documents/docs/ordres-du-jour/oj141104.pdf  , il s’en est ajouté 10. 57 donc.

    Pour des raisons de santé, Jean-Marie Paquay démissionne pour des raisons de santé. Nous perdons au Conseil un grand Monsieur de la politique de la Ville. Nous le regretterons. Le remplacera Carine Swinnen, qui est aussi conseillère au CPAS. Bienvenue.

    Et les finances, ça va ?

    Les points 4 à 7 concernent le(s) budget(s) de la Ville. Pour la police, le compte est excédentaire et le budget établi en début d’année peut également être réduit (+/- 90.000 EUR). En ce qui concerne la ville spécifiquement (total du budget : +/- 40 millions) en début d’exercice on prévoyait 236.000 EUR de dépenses en moins que les recettes. Ce chiffre est ramené  à 67.000 EUR. D’où provient cette réduction (plus de dépenses, moins de recettes) ?

     

    Modif_budget_2014.PNG

    •  ·         Moins de recettes : principalement l’État fédéral qui paye moins 650 mille €). Chacun de nous paye des impôts sur ses revenus (Impôt des personnes physiques, IPP pour les intimes). La Ville prend 6,7%, que le Fédéral collecte. Si les citoyens de la Ville ont les mêmes revenus que l’an passé, la Ville devait toucher du Fédéral 9,8 millions. L’État fédéral nous dit : nous ne vous en verserons que 9,16 millions. Pourquoi ? Boîte noire. Mystère.
    • ·         Plus de recettes réelles : fond des communes et IECBW.
    • ·         Recette fictive : 350.000 €. Un mot d’explication. A cette date, on sait statistiquement qu’on dépensera entre 0 et 700.000 € en moins. Mis on ne sait pas dans quel poste. Dès lors, on ne diminue aucun poste de dépenses, ce qui permettra de payer toutes les factures. Par contre, on crée une recette fictive de la moitié du montant maximum qu’on ne dépensera fort probablement pas.
    • ·         Plus de dépenses : le service incendie. La Ville n’a rien à dire là-dessus, c’est le gouverneur qui dit « vous devez payer plus car cela coûte plus cher ». et une multitude d’autres petites dépenses.
    • ·         Moins de dépenses : police, personnel et pension.

    Il en ressort que si l’État payait ce qu’il devait, les perspectives seraient bonnes.

    Cette « bonne santé » se manifeste d’ailleurs sur le boni global (un peu équivalent à la croissance des fonds propres de la Ville, notre bas de laine) qui, en tenant compte de tout le passé, augmente de 185.000 € pour arriver à 2.4 millions.

    La taxe sur les déchets ne changera pas (point 22).

    Les fabriques d’église font du bénéfice… (points 36 à 45). Le budget communal sera réduit l’an prochain.

    Les travaux et voiries

    Parmi les 10 points de bâtiment, je relève le point 14 : on améliore les bâtiments maternels à Mousty (châssis, chaudière), ce qui réduira la consommation, ainsi qu’à Blocry (point 15).

    Le piétonnier de LLN est traité au point 29. En  effet, les barrières étaient munies de cadenas, qui ont été l1vrés avec un nombre impressionnant de clés. Il n’y en a plus de disponible aujourd’hui, et il y e  a tant dans la nature que trop de personnes sont capables d’ouvrir les barrières, sans contrôle. On va changer ce système par un système en partie électronique. Fini les barrières ou !vert(es sans savoir qui ne les a pas fermées : le barillet pourra révéler la dernière clé introduite, et donc le fautif…

    Le point 35 concerne les fascines, soit des filtres végétaux pour retenir les terres sur les champs en cas de pluie et éviter les coulées de boues. Il est prévu d’acheter 350 mètres de ces filtres à placer dans les champs (avec l’accord des agriculteurs) pour 46.000 €, subsidié par la province à 80%. N’empêche, c’est de l’argent public sur un bien privé… Remarquons qu’il en va de même pour d’autres sujets, les panneaux solaires par exemple. A méditer quand-même.