• Le prix de l’eau à OLLN

    Pas facile de se faire une idée du prix de l’eau à OLLN. Surtout quand la presse s’en mêle. Un Belga du 16 janvier est intitulé "hausse du prix de l'eau en Wallonie". Qué malheur : il y a DES prix de l'eau en Wallonie. A OLLN par exemple, le prix de l'eau dépend de l'IECBW et pas de la SWDE.

    L'IECBW a demandé un prix de distribution de 2,19 €/m³ (au delà de 31 m³/an). La SWDE : 2,5226 €/m. Le Ministre a tranché et accordé un prix de distribution de 2,19 €/m³

    A ce prix de distribution il faut ajouter le prix d'assainissement (le même pour tous les wallons).

    Pour être plus précis, le graphique suivant donne le montant de la facture annuelle telle que prévue pour 2014, en fonction de la consommation.

    prix,eau,"prix de l'eau"

    La moyenne de relevé des compteurs d’eau est de 125 m³/an, et pour cette consommation cela reviendra à 505 EUR. Le prix moyen sera alors de 4,07 EUR par m³.

    ****************************************************************************

    BELGA/ Hausse du prix de l'eau en Wallonie (PRESS)

    BRUXELLES 16/01 (BELGA) = La Société wallonne des eaux (SWDE), qui couvre 65% du territoire wallon, va augmenter ses tarifs, annonce jeudi Sudpresse. Un ménage qui consomme 100m3 d'eau par an paiera à l'avenir 4,657 euros par m3, ce qui représente une augmentation de 15 centimes par m3.

    "Nos nouveaux tarifs n'ont pas encore été validés par le SPF Économie", précise un porte-parole de la SWDE dans les quotidiens. "Mais, théoriquement, le coût-vérité à la distribution - CVD - devrait être de 2,5226 euros en 2014". En 2013, celui-ci était de 2,448 euros.
    Cette hausse est imputable en premier lieu à l'assainissement. Selon Cédric Prevedello, conseiller scientifique chez Aquawal, l'Union professionnelle des opérateurs publics du cycle de l'eau en Wallonie, si seulement 40% des eaux usées étaient traitées en 2000, on atteint aujourd'hui les 90%. "Le coût à l'assainissement a augmenté, passant de 52 cents en 2005 à 1,745 euro", ajoute-t-il.

    L'augmentation du coût à la distribution est aussi la conséquence de décisions politiques. "Il y a notamment l'instauration d'une taxe wallonne sur les captages d'eau", rappelle M. Prevedello. "Mais il y a aussi d'autres paramètres comme l'indexation au coût de la vie ou la TVA qui, logiquement, augmente proportionnellement à la hausse du montant total de la facture." VAD/./.160414 JAN 14

  • Que retenir de ce Conseil communal du 17 décembre 2013 ?

    Un compte rendu factuel du Conseil peut être lu ici : http://www.olln.be/fr/conseil-communal.html?cmp_id=28&news_id=21011&vID=1.  Ci-dessous vous trouverez plutôt une analyse politique, la mienne.

    Les Synergies Ville-CPAS (ce que font en commun la ville et le CPAS) ont été présentées par la Présidente du CPAS Jeanne-Marie Oleffe. Ce qui a été frappant, c’est la bonne ambiance entre les membres de la majorité et de la minorité, les membres de la majorité du CPAS applaudissant une intervention de la minorité. Dans la foulée de ce point, le budget du CPAS a été voté à l’unanimité.

    A 21h, on a entamé les points spécifiques au Conseil communal.

    Cédric Jacquet a présenté les enjeux du plan stratégique de l’IECBW (maintenir le prix de l’eau bas et consolider la structure suite à sa croissance). Claire Thibaut a présenté ceux de et de l’Intercommunale de musique.

    A 21h05, le bourgmestre a présenté le Budget de la Ville et de la police. Sa présentation a duré ½ h. A 21h35, la minorité a pris la parole. Le débat a duré jusque 23h15. Qu’en retenir ? voir http://hadelindebeer.skynetblogs.be/archive/2014/01/05/olln-que-retenir-du-vote-du-budget-et-des-taxes-pour-2014.html C’était un débat intéressant, mais pourquoi si long ?

    On a aussi longuement parlé de la modification du PCA (plan communal d’aménagement) de la gare d’Ottignies. En gros : la Ville et la SNCB se mettent ensemble pour modifier le plan de secteur du parking qui est en zone verte pour pouvoir l’aménager en partie lorsqu’il sera en zone rouge. Ce qui a fait débat, ce sont les mesures compensatoires : il faut faire passer d’autres zones rouges sur le territoire de la Ville en zone verte. Là ce qui m’a marqué, c’est que le MR devenait plus écolo que les Ecolos : alors que la Région accepte que soient perdues 25% de zones vertes, le MR exigeait une perte de 0% ! « Très bien leur a répondu l’échevin, mais quelles zones vertes proposez-vous en plus, et les propriétaires sont-ils d’accord ? ». Mon analyse est que le MR a été un peu inconsistant et populiste sur ce coup-là : quand ils sont au pouvoir, ils disent qu’il faut défendre les propriétaires, et quand ils sont dans la minorité, il faut défendre les petits oiseaux. Je les ai trouvés non crédibles.

    La Région wallonne avait lancé une enquête publique sur la cartographie éolienne. Vu les délais, la Ville ne pouvait remettre son avis que ce conseil. On a abordé le point à 23h50… 25 minutes pour un débat qui n’a pas apporté grand-chose selon moi. Pourquoi alors 25 minutes ? On a très peu parlé des zones, des contraintes, c’était plus du positionnement politique et pour finir des rancœurs sur la manière des uns et des autres de faire de la politique et les procès d’intentions, cela prend un temps fou.

    Gros débat sur la modification du plan de secteur Lauzelle et alentours de LLN à 0h15... Voir http://hadelindebeer.skynetblogs.be/archive/2014/01/05/modification-du-plan-de-seceur-a-lln-un-debat-au-conseil-communal.html Il devait être 1h20 quand ce débat fut bouclé. On était déjà assez fatigué…

    Restait un point, ajouté par Manon Wirtz : le vote sur une motion qui demandait à Partenamut de ne pas fermer son bureau sur le centre d'Ottignies. Voir http://hadelindebeer.skynetblogs.be/archive/2014/01/05/voter-pour-que-partenamut-garde-un-bureau-dans-le-centre-d-ottignies.html

    Fin de la séance publique à 1h35. Crevé !

  • Voter pour que Partenamut garde un bureau dans le centre d'Ottignies ?

    Manon Wirtz a proposé au Conseil communal du 17 décembre 2013 que le Collège écrive à la mutuelle fusionnée Partenamut et Euromut pour qu'elle conserve un bureau dans le centre d'Ottignies. En effet,  avec la fusion, le bureau d’Ottignies allait être supprimé pour ne garder que le bureau de LLN. Comme c’était la seule mutuelle qui restait sur le centre d’Ottignies, elle proposait que le Collège fasse pression pour conserver le dernier bureau dans le centre d’Ottignies. Il y a eu une majorité pour votre cette motion, malgré le fait que j’ai demandé de ne pas la voter. Pourquoi selon moi ne fallait-il pas la voter ?

    • Voter cette motion c’est donner l’illusion que le politique local peut influencer de tels événements. Or selon moi, rien de plus faux ! Les mutuelles sont aussi libres d’implanter des bureaux où elles le souhaitent et de les quitter que les bouchers et boulangers d'installer ou de quitter une surface commerciale. Le jour où un boulanger quitte un village, dusse-t-il être le seul, il le fait pour des raisons économiques ou personnelles et ce n’est pas la volonté des citoyens, exprimés via le politique, qui changera quelque chose. Non, nous ne sommes pas dans une économe dirigée !
    • Un argument a été « oui, mais les mutuelles, c’est presque un service public ». Certes, mais sur une base concurrentielle. Toute mutuelle qui développe des services impayables ira à la faillite. Ce n’est pas parce que c’est « presque public » que l’autorité politique locale a quelque chose à dire. Ne faisons pas croire aux citoyens qu’on va faire quelque chose pour lui alors que pratiquement notre marge de manœuvre est nulle. Ne mentons pas sur notre pouvoir.
    • Qui plus est, pourquoi est-ce la dernière qui reste à qui il faut écrire ? Et toutes les autres qui ont quitté Ottignies-centre précédemment ? Et toues celles qui n’y sont jamais venues ?
    • Il ne faut pas encombrer le Conseil communal d’éléments qui ne sont pas de sa responsabilité.

    Mais c’était tellement sympathique de faire croire qu’on allait agir, et que les élus se préoccupaient du bien-être des citoyens quel qu'il soit. Pur mensonge dans le cas présent. Moi je pense que le politique s’anoblit à ne dire qu’il va changer les choses qu’aux seuls endroits où il est capable de le faire.

  • Modification du plan de seceur à LLN : un débat au Conseil communal

    Modif_Plan_secteur_LLN.PNGLa minorité a mis un point au Conseil communal du 17 décembre : la proposition d’un recours en annulation contre certains points de la révision du plan de secteur. En deux mots : lors de l’enquête publique sur la modification du plan de secteur à Lauzelle et aux alentours de LLN, la Ville avait entre autre demandé de faire moins que 80 logements à l’hectare (dans la gra,de zone rouge de la carte ci-contre), de ne pas faire passer en zone industrielle le Génistroit (la zone exploitée par le fermier près de « Oh Green ») et d’autres demandes. Le Ministre n’a pas suivi ces demandes. La minorité proposait d’aller en recours partiel, au Conseil d’Etat, contre la modification parce que toutes les demandes de la Ville n’étaient pas satisfaites et de nommer un avocat pour ce faire.

    L’échevin du Monceau et le bourgmestre ont répondu :

    • Le Collège n’a pas attendu votre demande pour consulter un avocat !
    • L’avocat signale que le Conseil d’Etat statue sur la FORME et les PROCÉDURES, et que celles-ci ont été respectées ! Le Conseil d’Etat ne juge pas si le Ministre a pris une bonne ou une mauvaise décision.
    • Le Collège refuse d’attaquer au Conseil d’Etat l’aspect « 80 logements à l’hectare », non pas qu’il trouve que c’est bien, il aurait préféré moins, mais que d’une part il y a moyen de moduler cette décision, et d’autre part et surtout, attaquer cette disposition, c’est pendant 3 ans – le temps du recours – et 3 de plus si la Ville gagne, ne pas pouvoir mettre en œuvre la modification du plan de secteur, donc s’interdire de pouvoir construire de nouveaux logement à LLN ! Les besoins sont trop criants pour jouer à ce jeu-là.
    • Le Collège n’ira pas contre la décision du Génistroit, simplement parce que l’avocat a dit qu’il avait toutes les chances de perdre. Par contre il soutiendrait le fermier si possible. Cédric du Monceau a proposé un texte avec cette idée, qui a été voté à l’unanimité.

    En marge de ce débat, Jacques Otlet a émis une remarque très intéressante : il a dit que le Collège avait mal géré ce dossier car selon lui, quand on a un ministre Ecolo wallon à l’aménagement du territoire et un bourgmestre Ecolo, il est évident – pour lui – que le bourgmestre doit obtenir ce qu’il veut. Là, le bourgmestre et moi avons réagi. Le Bourgmestre a souligné que le Collège avait demandé ce qu’il pensait bon pour la Ville, mais que les ministres décidaient de ce qui était bon pour la Wallonie, et qu’il était donc normal et sain d’avoir des avis divergents (en aménagement du territoire, plusieurs ministres sont concernés, notamment le Ministre Marcourt qui se bat pour plus de zoning, là où la Ville a demandé de ne pas faire de zoning à Génistroit). Pour ma part, j’ai signalé que dans certains partis traditionnels, les ministres wallons étaient les esclaves des potentats locaux, mal typiquement wallon, par contre que les ministres wallons Ecolo n’étaient pas des obligés de bourgmestres. « Allez, allez, à d’autres », a répondu Otlet. Sincèrement, je pense que ce n’est pas demain avec ce genre de réaction du MR que le mal wallon s’arrangera…

    Un autre point de vue sur ce débat : http://www.dhnet.be/regions/brabant/genistroit-la-ville-soutiendra-les-riverains-52bd03cf35701baedaaa1f0a

  • OLLN : que retenir du vote du budget et des taxes pour 2014 ?

    Le bourgmestre a présenté le Budget de la Ville et de la police au Conseil communal du 17 décembre 2013. Il était 21h05... Il a expliqué que la Ville avait maintenu ses dépenses (excepté la revalorisation des bas salaires), mais que d’autres postes ne dépendant pas du pouvoir décisionnaire de la Ville (pension, service de secours, satutarisation) entrainaient une hausse substantielle des dépenses. Il fallait donc augmenter la fiscalité. Pour être le plus juste possible, la majorité a proposé d’augmenter de 6% à 6,7% l’impôt des personnes physiques. Il a souligné que malgré cette augmentation, cet impôt restait inférieur à la moyenne du Brabant wallon (6,93%) et bien inférieur à la moyenne wallonne (7,89%). A 21h35, la minorité a pris la parole. Le débat a duré jusque 23h15. Qu’en retenir ?

    • La minorité a travaillé les chiffres, a fait une présentation… c’est à remarquer car leurs interventions n’ont pas juste été idéologique et conjoncturelle  du style « on est dans la minorité, la majorité = caca, donc le budget est mauvais".
    • Ceci dit, ce qui m’a frappé, c’est que la minorité a dit deux choses contradictoires, selon moi.

      D’un côté ils ont reconnu que le long terme avait été bien préparé par l'administration et le Collège, et qu’effectivement on allait vers des dépenses plus grandes à cause des pouvoirs supérieurs. Ils nous ont averti que les temps seraient durs et qu’on n’était pas assez prudents, et que l’augmentation de la fiscalité n’était peut-être pas suffisante…
    *   Et d’un autre côté, ils nous ont dit qu’il y avait moyen de faire ceinture pour ne pas augmenter la fiscalité.

    • Sur l’argument « faire ceinture », le Bourgmestre a répondu que la seule façon de le faire - pour arriver à contrer le déficit sans augmentation de fiscalité - c’était de licencier du personnel… alors que la Ville est déjà en sous-capacité par rapport à d’autres communes de même taille (à la Ville on dépense 387 €/hab/an pour le personne, dans les villes équivalentes 836, la moyenne de commune du BW c’est 433 et la moyenne wallonne 482, chiffresrecettes_2012.PNG budget 2012,  source Belfius). Jacques Benthuis a précisé qu’à OLLN, les recettes sont d’en moyenne 1159 €/hab/an, alors que dans les autres villes comparables les recettes sont de 1387 €/hab/an, et plus précisément, dans ces recettes il y a 703 €/hab/an d’impôts communaux à OLLN pour 759 €/hab/an pour le cluster : il en a conclu qu’on a une fiscalité plus basse et qu’on paye moins qu’ailleurs. Selon moi/nous, en proposant de faire ceinture, le MR propose qu’on continue à payer moins en licenciant du personnel qui travaille déjà dur, et en réduisant forcément les services aux habitants…

    NB  certains se demanderont, à juste titre, pourquoi à OLLN les autres sources de financement ne sont pas plus élevées. Cela est en partie dû aux étudiants non domiciliés qui ne "comptent pas" pour le fond des communes, pour le financement fédéral de la police etc.

    • Sur l’argument « la fiscalité n’augmente pas assez face aux prévisions de dépenses du futur », le Bourgmestre a répondu que si les comptes étaient en positif (ce qui a le plus souvent été le cas depuis 10 ans, sauf l’année passée), l’argent allait entre autre être utilisé à réduire la dette, ce qui réduira les dépenses de la Ville (la dette coûte environ 182 €/hab/an) et laissera une marge pour ne pas devoir augmenter la fiscalité !
  • La fréquentation de ce bog

    Tenir ce blog me demande certes du temps, mais cela apporte son lot de résultat. Au mois de février 2012, j'en étais à 140 visites uniques mensuelles et 200 pages vues mensuelles. En décembre 2012, j'en suis à 2000 visites mensuelles uniques et 7000 pages vues mensuelles.


    Visite_blog_2013.PNG

    La page la plus vue est celle sur le rôle d'un conseiller communal (25%) http://hadelindebeer.skynetblogs.be/archive/2012/02/19/etre-conseiller-communal-de-la-majorite-pas-une-sinecure.html .