• lutter contre la pauvreté

    Au regard de tous les humains de la terre, nous sommes riches. Certains plus que d’autres. Et pour obtenir cette richesse, nous travaillons.

    Nous sommes aussi solidaires. Tous ont droit à vivre dignement. Pour ce faire, nous avons mis en place une sécurité sociale importante.

    Mais cette solidarité avec notre richesse est conditionnée : les personnes qui peuvent travailler et qui bénéficient de notre solidarité doivent en retour être disponibles pour un emploi.

    Et pourtant certains mendient dans notre ville de Louvain-la-Neuve. Est-ce à dire qu’ils ne bénéficient pas de l’aide sociale ? La plupart en bénéficient. Sont-ils prêts à travailler ? la réponse est nuancée : même s’ils étaient prêts, ils sont si déstructurés que bien peu d'employeurs veulent les engager. Il y a là un cercle vicieux dans lequel au plus longtemps ils restent sans travail, au plus difficilement ils sont employables et au moins ils ont envie de travailler. La boucle est bouclée. Alors notre société les aide quand-même car nous n’acceptons pas de laisser mourir des humains de faim et de froid.

    Alors une manière d’avoir plus de moyens est de mendier. Et à Louvain-la-Neuve il y a un public pour donner. Donc mendier rapporte et nous avons nos habitués. Avec leurs chiens pour tromper leur solitude et leur « guitare » pour tromper leur ennui. Je subodore même que certains mendient, non pas pour l’argent, mais également pour tromper l’ennui.

    Et là est bien le problème : ils s’ennuient et boivent à s’en démolir la santé. Et amarrés à certains lieux, ils finissent par agacer avec leurs comportements parfois agressifs, parfois simplement assommants. Mendier oui, mais emmerder son monde, non.

    Que faire ? Des citoyens se mobilisent pour tenter de les réintégrer, via la paroisse, les kots à projets … Le CPAS tente aussi des circuits de réinsertion.

    La Minorité (MR) propose d’interdire la mendicité. Nous sommes choqués. D’abord parce que cela ne les empêchera pas de rester agglutinés à certains lieux, à faire du vacarme et à boire. En ce sens, ce qui nous insupporte le plus ne sera en rien résolu. Mais ensuite car mendier n’est quand même pas un délit ! Ce qui est scandaleux, c’est moins les mendiants que notre société qui crée nos pauvres et nos désœuvrés. C’est aussi choquant que d’accuser tous les chômeurs de ne pas vouloir travailler et ainsi vouloir supprimer le chômage.

    Non, le CDH, le PS et ECOLO ne veulent pas supprimer la mendicité. Oui, la Majorité veut trouver une solution durable et pour les mendiants, et pour les habitants de LLN. Ce n’est pas facile mais nous nous y engageons.